vendredi 5 octobre 2012

La bibliothèque vivante

Aucun commentaire :
La BSJ et  le Groupe de Recherche en Education et Citoyenneté (GREC) ont organisé le 3 octobre 2012 une présentation « Immigrants : Apprivoiser et se laisser apprivoiser par le contexte culturel éducatif au Canada » dans le cadre de la Bibliothèque vivante.

Le concept de la Bibliothèque vivante  a été développé en 2000 par l'ONG « Stop the Violence » au Danemark. Cette idée a depuis été reprise par de nombreuses bibliothèques en Europe et Amérique du Nord. Les livres vivants sont généralement des personnes qui acceptent de parler des préjugés et des problèmes auxquels ils sont confrontés, par exemple les questions ethniques et culturelles, mais aussi l'orientation sexuelle, le travail ou le style de vie.  Le 3 octobre trois étudiants en éducation du Campus Saint-Jean (Diana Vasileva, Rose Agofack Tsobgang et Abdelnasser Maalem) ont partagé leur expérience d’adaptation au contexte éducatif canadien et ont fait une comparaison des systèmes d’enseignement et d’apprentissage de leurs pays avec celui de l'Alberta.

L’interaction personnelle avec « des livres vivants » permettait aux « lecteurs » de voir leurs perceptions à travers une discussion vivante et animée.

 

  De gauche à droite:

Tatiana Usova, directrice de la Bibliothèque Saint-Jean

Rose Agofack Tsobgang, étudiante en éducation

Diana Vasilova, étudiante en éducation

Lucille Mandin, professeur en éducation

Abdelnasser Maalem, étudiant en éducation

 



 

Discussion lors de la rencontre

Aucun commentaire :

Publier un commentaire